samedi 7 décembre 2013

Lettre à nos petits enfants ...

Chers petits,

Nous sommes vos mamies et papis, nés au siècle dernier.
Nous sommes venus au monde après deux guerres épouvantables qui ont tué des millions de personnes. Nos parents n'ont pas vécu leur jeunesse durant la deuxième guerre, ils ont souffert, certains en sont morts pour avoir résisté. 

Nous avons eu une adolescence agréable : la France se reconstruisait, il y avait du travail pour tout le monde et l'avenir nous paraissait radieux. Nous étions jeunes et heureux, nous avions plein d'amis, nous étions certains que le progrès nous assurerait une vie pleine de richesses et de joies.
A cette époque là, il n'y avait pas Internet ; alors, tandis que nos parents essayaient de récupérer le temps perdu durant la guerre, nous apprenions l'indépendance malgré les interdits car, à cette époque, nous avions peu de droits et  peu de liberté.

Nous avions presque 20 ans quand nous avons décidé de conquérir nos droits à nous exprimer et contrer les règles de nos parents. Ce combat là a permis de grands changements car nous nous sommes faits entendre si fort dans les rues que les décideurs ont pris peur ! Les Femmes ont obtenu des droits nouveaux et la Société a dû prendre en compte les préoccupations de sa jeunesse.

Quand nous sommes entrés dans la vie professionnelle, quelque soit notre niveau d'étude, nous avions la possibilité d'évoluer vite par la formation et nous pouvions changer d'emploi en quelques jours. Tout nous semblait réalisable facilement malgré nos 40 heures hebdomadaires et 4 semaines de vacances ; les progrès de l'informatique et la création de machines ont amélioré nos conditions de travail. 
Nous étions persuadés que nos enfants vivraient encore mieux que nous.

Nous nous sommes trompés ou nous avons été trompés ! 
Ce progrès n'était pas à notre service. 
Ce progrès n'a servi que les intérêts de quelques uns, au détriment de tous. Tout est devenu difficile, complexe.
Ce progrès n'allait pas au même rythme que l'évolution humaine, il allait trop vite et ne laissait pas le temps de s'adapter. Petit à petit, une société de l'argent s'est mise en place, mettant chacun en concurrence avec l'autre et divisant une société unie.
Cette course folle pour avoir toujours plus a détruit ce que nous aimions et a abimé notre planète. 
Les pays riches comme le nôtre n'ont pas voulu voir les risques  à venir, la pollution est devenue préoccupante et la pauvreté a commencé à envahir les rues de nos villes. Beaucoup de personnes ont été exclues par la fermeture de leurs usines et, faute d'emploi, ont tout perdu.

Aujourd'hui, nous sommes écœurés par ce gâchis et nous avons peur du lendemain, de VOTRE lendemain. Nous vous aimons et voulons le meilleur pour vous. Nombre de vos parents souffrent de leurs conditions de vie et se battent pour vous. Aidez les par votre amour, ils ont besoin de vous. 
Parlez leur, ne vous réfugiez pas dans la solitude des écrans, sortez avec eux, soutenez les.

Et puis, voyez vos amis, discutez de l'avenir, faites des projets ; intéressez vous, informez vous, ayez l'esprit critique ! 
Ne prenez pas tout ce que l'on vous dit à la télévision pour argent comptant ! 
Rejetez la publicité qui vous pousse à acheter n'importe quoi dont vous n'avez pas vraiment besoin, ne vous laissez pas influencer, soyez vous mêmes !

Nous avons été aveuglés. Soyez forts, déterminés, responsables et fiers.
Nous avons échoué, vous réussirez.

Nous vous aimons.





lundi 11 février 2013

Faillite morale et politique

L'entreprise France est en déficit, en faillite et les responsables de cette bérézina économique sont toujours aux manettes.

La bipolarité, institutionnelle et médiatique, a permis la continuité des mauvaises habitudes.
La malhonnêteté électorale, jeu pervers de la séduction politique, permet aux sempiternels bonimenteurs de s'accaparer tous les pouvoirs.

Un thème de la campagne présidentielle, la moralisation de la vie publique, était commun à François Bayrou et à l'actuel Chef de l' État. Ce dernier semble tenir sa promesse.

Le projet du béarnais, s'il était appliqué par un référendum, signifierait l'abolition des privilèges pour une oligarchie qui s'octroie des avantages scandaleux au détriment d'un pays au bord de l'asphyxie financière.

Ceux qui ont plongé le pays dans une faillite morale et économique, responsables de la montée des extrêmes, de l'abstentionnisme grandissant, se sont réunis en une énième commission sans respecter la diversité de la société française.

Nous n'attendons rien des parlementaires car "il est vain de demander aux abuseurs de limiter les abus" !

Rétablir la confiance entre les élus et les citoyens passe obligatoirement par un référendum, ce serait moralement responsable.

Cette confiance est mise à mal par des individus qui cumulent mandats et Présidence de conseil d'administration.

Curieusement la droite, dans cette situation, est adepte du travail partiel payé à temps complet !
Étrangement la gauche est dans ce cas contre le partage du travail !

Nous, citoyens et contribuables de cette nation en déclin, employés et actionnaires de cette entreprise proche du dépôt de bilan, exigeons d'être consultés !
Une meilleure représentation de la diversité politique française, ainsi que des garanties sur l'indépendance de la justice, des médias et la définition des conflits et collusions d'intérêts sont vitales pour notre démocratie.

Une diffusion massive d'exemples de certaines pratiques sera notre seul moyen de dénoncer les abus autorisés par une législation dont les abuseurs en sont les auteurs.


Nous sommes des démocrates, nous voulons plus de démocratie car nous sommes la démocratie



*Lire aussi l'article de Mediapart concernant le conflit d'intérêt   ICI

 

vendredi 18 janvier 2013

Et la Baronne ne bronche pas ...

Cohn Bendit a bien exprimé ce que je pense depuis le début de l'opération au MALI  !

L'Europe, celle que nous souhaitions, n'existe pas ...


 LA VIDEO 




lundi 14 janvier 2013

Le "bon vieux temps" des manifestants de dimanche

Bonjour !

Après un dimanche aussi affligeant, je ne résiste pas, par la voix d'Elisabeth Badinter, à vous donner mon avis sur la polémique concernant le mariage pour tous

la voici

mardi 8 janvier 2013

Maux croisés et paracétamol

Ra la la ... J'ai fait la bêtise de revenir sur France 2 pour voir "Mots Croisés" 

Mais qu'est ce qui m'a pris ?? 

Avions nous besoin ce soir d'assister à un combat de boxe "gauche contre gauche" ? N'avions nous pas déjà suffisamment été gavés par le combat Copé/Fillon ? 
Calvi serait  il en manque d'audimat ?

J Cahuzac versus J L Mélenchon, PS contre FDG, curieux scénario au moment où le pays a besoin de réunification, "qu'on les supprime tous" !

Sur twitter, que je surveillais d'un oeil, les Mélanchonnistes admiraient la verve de leur champion et les Cahuzaciens vantaient le calme et la technique du leur. Et ça nous mène à quoi tous ces échanges de bons mots hein ? "Clown" lançait Cahuzac, "mon pauvre ami" rétorquait Mélenchon....

Sur l'écran, défilaient les tweets "sélectionnés" par l'équipe objective de Calvi : beaucoup de messages de journalistes (tiens donc).

Non mais, est ce vraiment une émission politique ça ? Et tout ce beau monde là, il est payé combien pour asséner sa vérité ?


Rendez nous "5 colonnes à la Une" et aller jouer dans un autre bac à sable messieurs. La politique n'est vraiment pas votre tasse de thé. 




dimanche 6 janvier 2013

Mon bilan 2012

Bonne année !
Avant de faire ma petite rétrospective, permettez que je vous offre mes vœux pour l'année qui commence à peine ; que vous souhaiter de meilleur que le bonheur et la santé ? Deux choses primordiales pour se sentir bien dans sa peau et pouvoir tout affronter non ?



J'ai vécu une de ces années qui vous perturbent et laissent des traces morales. Pourtant, je pensais que  ma longue expérience des difficultés liées à la santé de mon mari m'avait aguerrie ; eh bien non : chaque nouvelle épreuve et l'énergie nécessaire pour y faire face me laissent pantelante, vidée ... D'où ce silence de plusieurs mois.
A présent, j'ai bien l'intention d'oublier les mauvais jours et de profiter du répit qui m'est offert.




2012 ... Quels faits marquants cette année,  à part la campagne présidentielle, le départ de Sarkozy et le retour des socialistes au pouvoir ?
Je n'ai nullement l'intention de revenir sur le premier semestre politisé à outrance par les médias, elles nous ont tous épuisé en analyses et supputations diverses ; d'ailleurs, elles en paient le prix à présent tant elles ont dégradé leur image auprès du public par manque de déontologie.



2012 ... Et les vacances d’Été de nos nouveaux dirigeants en pleine Crise du pays  ! Je me souviens de ma colère, de mon incompréhension face à ce premier signal de "jemenfoutisme" absolu ...Ah, ça commençait fort !



2012... Augmentation de la pauvreté, du chômage, des inégalités  ... et de la fortune bien gérée des plus aisés... 

Les associations d’entraide prises d'assaut par une population de plus en plus nombreuse et hétérogène, de plus en plus laissée pour compte malgré notre modèle social tant envié par d'autres pays.
Restructurations, délocalisations, fermetures d'entreprises ont déclenché une augmentation sans précédent du chômage et de la précarité, menaçant l'équilibre de notre protection sociale et de nos services publics.  
France 5ème puissance ? non, ce temps là est fini, il va falloir repenser notre manière de vivre ; saurons nous changer de cap alors que l'individualisme l'emporte sur tout le reste ?
 


2012... Une période de transition qui s'annonce, vers le meilleur ou le pire.
Je suis grand-mère, je pense à mes petits enfants, je m'inquiète. Certes, ma grand-mère s'inquiétait aussi pour moi mais l'époque était plus propice à l'évolution. Aujourd'hui, j'ai l'impression que nous stagnons, par fatalisme et manque d'idées. 

La cohésion nationale est absente, les partis politiques se tirent dans les pattes, les commissions et autres séminaires ont remplacé l'action.
Un sursaut est nécessaire, qui le provoquera et comment ? J'essaie encore de croire à la capacité de l'Etre humain à se sortir de situations difficiles malgré la dure réalité de cette mondialisation du fric qui nous terrasse.




2012 est partie dans les oubliettes de notre Histoire, bienvenue 2013 et vive l'Espoir !


samedi 29 décembre 2012

Nouvelle année, retour du blog !

Après avoir vécu des moments très difficiles, nous allons fêter la nouvelle Année en famille.

Je vous donne rendez vous au début de l'année prochaine et vous souhaite de bien terminer 2012 !

Amitiés à toutes et à tous.